top of page

Cancer du côlon chez les jeunes adultes : ce que vous devez savoir


Le visage du cancer colorectal change.


Aujourd'hui, les taux d'incidence du cancer du côlon et du rectum sont en hausse chez les jeunes (ceux de moins de 50 ans) alors qu'ils diminuent chez les adultes plus âgés (ceux de plus de 50 ans).


Alors que les personnes âgées constituent toujours la majorité des cas, des études récentes suggèrent que cette tendance se poursuivra : selon une étude de 2015 publiée dans JAMA Surgery, les chercheurs prédisent que les taux de cancer du côlon augmenteront de 90 % chez les personnes âgées de 20 à 34 ans et de près de 28 % chez les personnes âgées de 35 à 49 ans d'ici 2030. Une étude de 2017 de l'American Cancer Society et du National Cancer Institute a révélé des tendances similaires.


Pourquoi les cancers du côlon et du rectum sont-ils en augmentation chez les jeunes adultes ?


Le développement n’est pas considéré comme étant le résultat d'un changement dans notre ADN hérité, car le génome humain n'évolue pas aussi rapidement. Les chercheurs explorent de nombreuses autres possibilités, y compris un lien potentiel avec des changements dans nos habitudes de vie, l'obésité, le microbiome ou de nouvelles expositions environnementales - les produits chimiques et les composés avec lesquels nous entrons en contact quotidiennement.

Cependant, les chercheurs mentionnent que les cancers colorectaux qui apparaissent avant l'âge de 50 ans sont le plus souvent dus à une prédisposition génétique.


Quels sont les signes et les symptômes du cancer colorectal ?


Les signes et les symptômes du cancer du côlon et du rectum varient et dépendent de divers facteurs, notamment la taille de la tumeur et son emplacement. De nombreuses personnes, en particulier celles qui ont des polypes ou des stades précoces du cancer colorectal, peuvent ne présenter aucun signe ou symptôme, ce qui rend la maladie difficile à détecter.


Les symptômes persistants (qui durent plus de quelques jours) ou qui s'aggravent progressivement doivent être examinés par un professionnel de la santé.


N'oubliez pas : les signes et symptômes suivants ont de nombreuses causes et sont souvent le résultat d'une affection non cancéreuse.


  • Un changement dans les habitudes intestinales.

  • Sang (rouge vif ou très foncé) dans les selles.

  • Diarrhée, constipation ou sensation que les intestins ne se vident pas complètement.

  • Selles plus étroites que d'habitude.

  • Selles de forme différente.

  • Douleurs gazeuses fréquentes, ballonnements, plénitude ou crampes.

  • Perte de poids involontaire.

  • Se sentir très fatigué.

  • Vomissement.

  • Anémie (faible nombre de globules rouges).

Les symptômes du cancer colorectal sont-ils les mêmes quel que soit l'âge ?


Oui, le cancer colorectal présente généralement les mêmes symptômes, quel que soit l'âge de la personne. Chez les patients plus jeunes, la tumeur prend généralement naissance près de la partie distale (extrémité) du côlon et dans le rectum, de sorte que ces patients peuvent présenter des symptômes de constipation, de saignement ou de selles fines.


Souvent, le cancer colorectal d'apparition précoce est à l'origine mal diagnostiqué ou ignoré à la fois par les patients et les médecins. Vous connaissez votre corps mieux que quiconque, et si quelque chose ne va pas, ou si vous n'êtes pas satisfait du diagnostic initial qui vous a été donné, assurez-vous de demander un deuxième avis.


Dois-je passer une coloscopie ?


Le CDC (Centers for Disease Control and Prevention) recommande aux adultes âgés de 50 à 75 ans de se faire dépister régulièrement pour le cancer colorectal. Cependant, certaines organisations (comme l'American Cancer Society) recommandent que les dépistages commencent dès l'âge de 45 ans en raison de l'augmentation du cancer colorectal à début précoce. C'est une autre raison pour laquelle il est important d'alerter un professionnel de santé si vous ressentez des symptômes préoccupants.


Que puis-je faire pour réduire mon risque de cancer colorectal ?


Les chercheurs travaillent toujours à comprendre les facteurs de risque associés au cancer colorectal. Bien que plus d'informations soient nécessaires, beaucoup pensent qu'un mode de vie globalement «sain» peut réduire votre risque.


Ceci comprend:

  • Faire de l'exercice régulièrement.

  • Limitez votre consommation d'alcool, de viande transformée et de graisses animales.

  • Avoir une alimentation riche en fruits, légumes et grains entiers.


Les traitements du cancer colorectal varient-ils en fonction de l'âge du patient ?


Non, la norme globale de soins ne varie généralement pas en fonction de l'âge du patient. Cependant, votre âge et votre état de santé général seront des facteurs lorsqu'il s'agira de déterminer le meilleur plan de traitement pour vous.

Le choix du traitement du cancer colorectal dépend cependant du stade, de la localisation du cancer et de l'état général du patient :


  • La chirurgie

La chirurgie représente le principal traitement du cancer colorectal. L'intervention consiste à enlever le segment de côlon concerné.

  • La radiothérapie

La radiothérapie est essentiellement utilisée en cas de cancer du rectum. Elle précède en général la chirurgie et est souvent associée à une chimiothérapie. Elle a essentiellement pour but de diminuer le risque de récidive locale.

  • La chimiothérapie

Après chirurgie, une chimiothérapie complémentaire peut être proposée si la tumeur a envahi les ganglions de voisinage.

  • Les thérapies ciblées

Les thérapies ciblées sont des médicaments anticancéreux bloquant un mécanisme précis de la cellule cancéreuse. Deux grands types sont utilisés dans le traitement du cancer colorectal :


  • les anti-angiogéniques, qui bloquent la formation des nouveaux vaisseaux dans et autour de la tumeur ;

  • les anti-récepteurs à l'Epidermal Growth Factor qui empêchent la tumeur de proliférer.


À quoi dois-je faire attention en tant que jeune patient atteint d'un cancer colorectal ?


Un diagnostic de cancer colorectal peut être accablant à tout âge, mais les personnes diagnostiquées avant 50 ans font face à un ensemble unique de défis. Vos soins devraient inclure les services de soutien dont vous avez besoin.

Il est également important que tous les patients atteints de cancer sachent qu'ils ne sont pas seuls et qu'ils communiquent avec d'autres personnes qui ont vécu un diagnostic similaire. Si vous pensez que cela serait bénéfique, assurez-vous de demander à votre oncologue quels sont les groupes de soutien disponibles, ou contactez l'Association des Malades du Cancer en Tunisie.







Recent Posts

See All

Comentarios


bottom of page